Rejoignez nous sur facebook

 

Recherche

Les Renouées asiatiques

 

IDENTIFICATION :Ambrosie color entier


Origine : Asie, introduite en France au XIXème siècle

Noms scientifiques : Reynoutria japonica Houtt, R. sacchalinensis (F.Schmidt) Nakai et R. x-bohemica Chrtek & Chrtkova

Famille : Polygonacées

Description : Plante herbacée, vivace, visible d'avril à novembre

 

Taille : Entre 1 et 4,5 mètres.
Fleurs : Inflorescences en grappe formées de nombreuses petites fleurs blanches, verdâtres ou rougeâtres situées à l'aisselle des feuilles.
Feuilles : Entières, alternes, de forme ovale à triangulaire, de 8 à 30 cm.
Tiges : Cylindriques, robustes, creuses, tachetées de rouge.
Racines : Rhizome très robuste.
Fruits : Akènes de 2 à 4 mm de long, peu fertiles. La plante passe l'hiver sous forme de rhizomes souterrains traçants gorgés de réserves.
Floraison : Août à septembre
Fructification : Septembre à octobre (période de maturation des graines)

 

fiche ambroisie feuilles armoise cpie correze

Téléchargez la fiche

Dissémination/ Reproduction :

Elle se reproduit essentiellement de manière végétative par croissance et rupture du rhizome ou par bouturage de fragment de tige. Cette multiplication est très efficace. Des fragments de plante peuvent être emportés lors de crues et être à l'origine de nouveaux herbiers. Un fragment de quelques grammes sera en mesure de régénérer une plante entière. Le transport de terre contaminée est un vecteur important de dissémination. La production de graine est rare et ne constitue pas un vecteur de dissémination de l'espèce.


Habitat :
On la retrouve dans les milieux humides comme le long de cours d'eau et plus généralement dans les milieux perturbés : bords de routes, friches, talus, fossés.

 

LES 3 RENOUEES PRESENTES EN CORREZE :

 

les 3 renouees

La feuille n°1 appartient à une renouée du Japon (Reynoutria japonica Houtt) : feuille aussi large que longue, base rectiligne.

La feuille n°2 appartient à une renouée de Bohème (R. x-bohemica Chrtek & Chrtkova)

La feuille n°3 appartient à une renouée de Sakhaline (. sacchalinensis (F.Schmidt) Nakai)

 

DESCRIPTION DES RISQUES :


Risques pour l'homme :
Pas de risque.


Risques pour l'environnement

Cette espèce fait partie des 100 espèces exotiques envahissantes les plus nuisibles selon une liste établie par l'IUCN (International Union for Conservation of Nature).

Elle forme des herbiers denses monospécifiques qui entraînent une forte perte de biodiversité. Elle libère des toxines dans le sol qui inhibent la germination et le développement racinaire des plantes autochtones.

Elle contribue à l'érosion des berges puisque leur système racinaire ne permet pas de fixer le milieu et que leur disparition en hiver laisse les berges à nu.

 

PREVENTION :


Gestion et contrôle :


Moyens pour éviter la propagation de la plante :

  • Ne jamais la semer ou la transporter.
  • S'assurer que la terre utilisée n'est pas contaminée par des fragments de rhizome.
  • Ne pas laisser de sol à nu après travaux dans des zones à risque mais les re-végétaliser.

 

Moyens pour éviter de la disperser :

  • Ne pas composter les déchets de Renouée (sauf compostage professionnel avec phase d'hygiénisation)
  • Limiter le transport de déchets de Renouée
  • Privilégier le brûlage (voir conditions et règlementation) pour l'élimination des déchets de renouée

 

ELIMINATION : 


Arrachage manuel ou mécanique : rizhome renouee

L'élimination de grande station de Renouée est très longue et présente des risques de dissémination élevés. Il est donc fortement recommandé de gérer en priorité les herbiers peu étendus et ceux qui présentent de forts risques de contaminer d'autres sites. Le plus efficace est d'associer plusieurs méthodes de manière à affaiblir les renouées et les concurrencer.

  • Fauchage régulier (6 à 8 fois par an soit tous les quinze jours environ en période végétative de mai à juillet)
  • Reboisement des zones envahies par des essences locales d'arbres ou arbustes à croissance rapide et  adaptés au milieu (saule, aulne, frêne, noisetier, fusains d'Europe, sureau hièble).
  • Pose d'un géotextile sur une surface supérieure d'au moins 2 m de chaque côté afin d'éviter toute repousse en périphérie de la zone bâchée.
  • Décapage du sol de la zone infectée : élimination de la terre sur une profondeur minimale de 30cm en vérifiant l'absence de rhizome plus profondément. Méthode utilisable uniquement en zone artificialisée.

 

Les pesticides sont à proscrire :
- Ils sont nocifs pour la santé et restent moins efficaces que l'arrachage.
- Ils tuent sans distinction les autres plantes du jardin et empoisonnent les animaux auxiliaires oeuvrant à la protection des végétaux.

 

Brûlage à l'air libre :

L'article 84 du règlement sanitaire départemental de la Corrèze interdit le brûlage, à l'air libre, des ordures ménagères.

Selon la rubrique 20 de l'annexe II de l'article R.541-8 du code de l'environnement, relatif à la classification des déchets, les déchets verts issus des jardins entrent dans la catégorie des déchets ménagers et assimilés.
Les déchets verts issus de plantes envahissantes devront donc être brûlés dans des incinérateurs de jardin, dans la limite des réglementations locales données par les arrêtés municipaux. 

 

CPIE de la Corrèze

Maison de l'Arbre et de l'Eau, rue de l'église

19160 NEUVIC

Tél : 05.55.95.93.79          Fax : 05.55.95.96.50

Email : contact @ cpiecorreze.com


Copyright © 2013. All Rights Reserved.